Approche globale de la notion d’attachement et de la relation d’activation en lien avec les besoins de l’enfant

Séminaire

Objectif(s) :

En 1969, Bowlby conceptualise sa théorie éthologique de l’attachement et met en évidence que l’enfant manifeste des besoins sociaux primaires, qui doivent être satisfaits indépendamment des besoins alimentaires. Dans cette perspective, la mère n’est plus envisagée uniquement comme une pourvoyeuse de besoins physiologiques mais comme la personne qui fournit avant tout de l’attention, de l’affection et des réponses stables, à partir desquelles l’enfant se construit socialement. Selon Bowlby (1969), la fonction principale des liens d’attachement est la recherche de protection. Les schèmes d’action exprimés par le bébé dès sa prime enfance (réflexes de succion et d’agrippement, pleurs et cris, conduites de fixation et de poursuite oculaire, sourires) constituent des potentialités innées qui permettent au nourrisson d’établir et de maintenir le contact avec son environnement social. L’enfant recherche le contact pour réduire son insécurité, lorsqu’il doit faire face à ses besoins (faim, soif, régulation thermique, posture, besoin de contact). A l’inverse, l’insécurité peut venir de l’éloignement ou de la non disponibilité de la figure d’attachement.

La relation d’attachement parent-enfant a largement été étudiée, à travers la situation étrangère mise au point par Ainsworth (1978) et validée avec des dyades mère-enfant. Cette situation d’évaluation standardisée produit quatre catégories d’attachement (attachement sécurisant, insécurisant évitant, insécurisant ambivalent et désorganisé) et permet d’établir un lien entre la relation d’attachement mère-enfant et le développement social et émotionnel du jeune (Parke et al., 2004). Par contre, cette prédiction n’est pas vérifiée lorsque la procédure est appliquée à des dyades père-enfant (Volling, 2001).

Ces constations ont conduit récemment les scientifiques à s’intéresser à la spécificité de la relation père-enfant. En 2004, Paquette (2004a) a proposé le concept de ‘relation d’activation’ pour qualifier le lien spécifique qui unit un père à son enfant. La relation d’activation permet de répondre au besoin de l’enfant d’être activé et de se dépasser et se développerait surtout lorsque le parent, généralement le père, s’engage régulièrement dans des jeux physiques avec son enfant (Paquette, 2004a, 2004b). Selon cette théorie, l’exploration autonome et confiante de l’environnement par l’enfant est déterminée par la stimulation parentale à la prise de risque et par la discipline (Paquette et Bigras, 2010). Pour évaluer la qualité de la relation d’activation père-enfant, Paquette et Bigras (2005) ont mis au point une procédure d’évaluation, la situation risquée, qui produit trois catégories (relation sous-activée, relation activée, relation suractivée) et permet de prédire le développement de l’enfant à l’âge scolaire (Paquette; 2011, 2012).

Connaissances et outils pour évaluer la qualité d’attachement et de la relation d’activation

          Pour les professionnels de l’enfance, il est primordial de bénéficier d’outil d’évaluation, facile d’utilisation in vivo. À cet effet, Bell (2008) a mis au point une grille d’évaluation de la qualité de la sensibilité maternelle, qui repose sur cinq composantes de la relation parent-enfant. Concernant la relation d’activation père-enfant, Ducreux (2015, 2016) a élaboré une grille d’évaluation permettant de qualifier cette relation, à partir de sept indices de qualité de jeu père-enfant. Cet outil est facile d’utilisation pour les intervenants et les cliniciens, puisqu’il permet de qualifier la relation père-enfant, in vivo, en observant deux minutes de jeux libres. Depuis 2015, Ducreux offre formation et supervision aux intervenantes (éducatrices spécialisées, psychoéducatrices, travailleuses sociales, conseillère-cadre clinique) de la Direction des Services aux jeunes et familles (DSJF) du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de l'Estrie – Centre hospitalier universitaire de Sherbrooke. Cette formation permet dorénavant d’offrir aux pères des services adaptés à leurs attentes et caractéristiques propres.

De plus, l’application de ces deux grilles d’évaluation répond aux principes de l’approche éthologique. Au niveau conceptuel, cette approche met en lumière la valeur adaptative des comportements plutôt que de les appréhender comme des difficultés comportementales. Elle offre ainsi une alternative intéressante à l’approche psychométrique, en proposant des pistes d’intervention qui ne stigmatise par l’individu et éclaire l’entourage sur ses possibilités d’action. Sur le plan méthodologique, l’éthologie repose sur l’observation systématique où chaque critère est opérationnalisé en donnant une définition et en listant des critères visibles et sans équivoque afin de minimiser la subjectivité de l’observateur. Ce travail d’objectivation met ainsi l’emphase sur la différence entre faits et interprétation. Il permet donc une évaluation rigoureuse mais aussi le développement d’une attitude réflexive chez les intervenants. Au final, cette approche permet aux professionnels d’élaborer leur évaluation à partir de critères objectivés et la prise en compte de chaque personne composant la famille : du nourrisson à l’adulte.

Différentes stratégies à mettre en œuvre pour soutenir et accompagner le tissage des liens nécessaires aux besoins de l’enfant

L’évaluation n’est pas une fin en soi. Elle permet d’établir un portrait le plus rigoureux possible à partir duquel les professionnels vont intervenir pour soutenir, au sein de la famille, le développement de relations harmonieuses parent-enfant ainsi qu’un développement optimal de l’enfant. Il est de plus en plus reconnu que les approches ‘positives’ donnent plus de résultats que les approches traditionnelles, en permettant notamment de ne pas stigmatiser et dévaloriser les parents qui bénéficient d’un accompagnement (Moss, 2011). La rétroaction vidéo est un principe d’intervention qui repose sur l’enregistrement d’une dyade parent-enfant en action (allaitement, jeu) qui sera visionnée en présence du parent. Le visionnement consiste, pour le professionnel, à mettre l’emphase sur les interactions positives que le parent partage avec son enfant. Le parent est donc renforcé dans ses capacités à reconnaitre les signaux émis par son enfant et à y répondre adéquatement (Zelenko et al., 2000). Ce principe d’intervention rejoint tout à fait les principes de l’approche systémique expérientielle, élaborée par Mr Trappeniers, qui place la dynamique relationnelle au cœur de l’intervention et vise à renforcer le pouvoir d’agir des familles.

Déroulement de la 1ère journée de formation : Edwige DUCREUX

9h - 10h30 : Attachement et besoins de l’enfant

-          Théorie : relation d’attachement, les différentes catégories d’attachement illustrées en images, l’influence de la relation d’attachement sur le développement de l’enfant.

-          Procédure d’évaluation standardisée : Situation étrangère d’Ainsworth.

-          Évaluation de l’attachement  adaptée aux milieux de pratique : la grille d’évaluation de la qualité de la sensibilité maternelle de Bell (2008).

10h30 - 11h : Pause

11h - 12h : Méthode et activité vidéo

-          Méthode éthologique : caractère adaptatif des comportements, observation systématique, objectivation des critères comportementaux, développement d’une attitude réflexive.

-          Activité vidéo : visionnement et évaluation de la qualité de la sensibilité maternelle à partir de vidéo de dyades mères-enfant.

12h - 13h30 : Pause - Repas

13h30 - 15h : Relation d’activation père-enfant

-          Théorie : relation d’activation, les différentes catégories d’activation illustrées en images, l’influence de la relation d’activation sur le développement de l’enfant.

-          Procédure d’évaluation standardisée : Situation risquée.

-          Évaluation de l’attachement  adaptée aux milieux de pratique : grille d’évaluation de la relation d’activation (Ducreux, 2015, 2016).

15h30 - 16h : Pause

16h - 17h : Activité Vidéo

-          Visionnement : vidéo de dyades père-enfant filmées en milieu familial.

-          Évaluation : évaluation de la relation père-enfant à partir de la grille d’évaluation de la relation d’activation de Ducreux.

 

Déroulement de la 2ème journée de formation : Eric TRAPPENIERS

9h – 10h :

Ÿ Favoriser le processus de parentalité.

Ÿ Travailler sur les interactions précoces parent(s) enfant(s).

10h – 11h : Pause

11h – 12h :

Ÿ La théorie de la communication.

Ÿ Etude de stratégie d’apprentissage.

12h – 13h30 : Pause - Repas

13h30 – 15h :

Ÿ Les ressources possibles pour développer les liens d’attachement.

Ÿ Travail en immersion à partir d’exemples de situations pratiques proposées par les participants. Elles seront mises au travail en groupe. L’accent sera mis sur le lien mère, père, enfant plutôt que sur les propriétés individuelles.

15h – 15h30 : Pause

15h30 – 16h45 :

Ÿ Travail à partir d’un enregistrement vidéo réalisé par Eric TRAPPENIERS.

Ÿ L’accent sera mis sur comment le professionnel peut s’ouvrir à une lecture relationnelle, dans les logiques d’interactions parents enfants.

16H45 – 17H :

Ÿ Discussions avec les participants et fin de la formation.

Quand ? Où ? Avec qui ? :
Prix
  • Coût pédagogique : 540€

Panier

Votre panier est vide.

Quelques formateurs :